Non-recours aux prestations sociales

Causes, conséquences et recommandations à l'intention de la politique et de la pratique

Mercredi, 31 octobre 2018, Haute école spécialisée bernoise

Les Etats providence modernes protègent contre la pauvreté: les ménages vivant en dessous du seuil du minimum vital sont soutenus par l’aide sociale, les personnes en situation de handicap ont éventuellement droit à des prestations de l’assurance-invalidité et à des prestations complémentaires. L’Etat dispose d’un large éventail d’assurances sociales et de prestations sous condition de ressources auxquelles l’accès régulier est réservé aux personnes qui font une demande correspondante et qui s’acquittent de leurs devoirs de collaboration.

Des enquêtes font ressortir que c’est notamment dans le domaine de l’aide sociale que les droits possibles ne souvent pas réclamés. Les raisons de ce non-recours aux prestations sociales sont aussi multiples que les conséquences possibles. D’une part, le non-recours peut s’expliquer par des réseaux privés qui fonctionnent et par la solidarité. D’autre part, il faut supposer qu’il arrive régulièrement que des gens renoncent involontairement à un soutien et qu’une partie de la population vit en dessous du minimum vital social bien que les moyens permettant d’améliorer leurs conditions de vie soient disponibles.

Dans le cadre de la conférence, on abordera la question du problème que le non-recours aux prestations sociales peut poser ainsi que celle des mesures que les différentes causes et conséquences possibles exigent.

- Programme
- Inscription (avant le 17 octobre 2018)

Présentations
Lien

Lieu
Haute école spécialisée bernoise, Division Travail social, Hallerstrasse 10, 3012 Berne

Coûts de participation
Membres de l'ASPS: CHF 180.–
Non membres: CHF 230.–
Étudiant-e, bénéfi ciaire AVS/AI, CarteCulture: CHF 50.–

Inscription
Avant le 17 octobre 2018. En cas d’annulation après le 17 octobre 2018, les coûts de participation resteront dûs.